cactus1

Nous sommes à l’aube de 1970, dans une période de création bouillonnante. Le heavy-metal vient tout juste d’être créé avec tout d’abord le Jeff Beck Group puis bien entendu Led Zeppelin. Ce genre naissant fait de nombreuses émules et de nombreux groupes décident à leur tour de durcir et d’alourdir leur son (et également de se laisser pousser les cheveux!). Ce fut le cas de Deep Purple, mais également celui de Vanilla Fudge, le groupe à la base de Cactus.

Effectivement, le fameux batteur Carmine Appice et son acolyte de toujours le bassiste Tim Bogert (un des seuls bassistes capable de voler la vedette au guitariste) décident de quitter Vanilla Fudge pour s’associer avec Jeff Beck et Rod Stewart, tous juste sortis du Jeff Beck Group. Malheureusement, ce Beck eut un accident et Stewart s’en alla avec The Faces. Appice et Bogert durent alors recruter d’autres musiciens, et pas des moindres ! Vinrent ainsi rejoindre les rangs de Cactus Jim McCarty, sacré troisième meilleur guitariste US en 1970, et Rusty Day, chanteur à la voix exceptionnelle n’ayant rien à envie à Plant ou Gillan ! A l’époque, on appelait ça un supergoupe. On comprend mieux maintenant !

Cactus était considéré à l'époque comme le pendant américain de Led Zeppelin, et non à tort ! Dans les deux formations, les 4 membres sont tous plus virtuoses les uns que les autres. Dans les deux formations, on muscle le blues et on contribue à la création du heavy-metal. Dans les 2 formations, les concerts sont complètement ravageurs... Hélas, l'une fut beaucoup plus populaire que l'autre (devinez laquelle), et Cactus a tendance à passer aux oubliettes ces temps-ci....

C’est ainsi que Cactus tient toutes ses promesses et sort un premier album qui frappe encore plus fort que Led Zeppelin. Plus technique, plus puissant, plus blues... L’album accède instantanément au rang de classique. Le ton est donné dès les premières secondes de Parchman Farm (reprise d’Allison) : on a à faire à du boogie survitaminé joué à cent à l’heure avec des solos très bien pensés sans jamais sombrer dans la pure démonstration. On aura le droit d’ailleurs à un solo de basse et un autre de batterie dans respectivement "Oleo" et le très zeppelinien "Feel So Good". Les musiciens maitrisent totalement leurs instruments et ont décidé de frapper fort.

cactus2


Mais Cactus ce n’est pas que du hard-boogie, c’est aussi du blues très très inspiré, néanmoins très ravageur et dominé par la guitare de McCarthy qui étale tout son talent. Et c’est aussi une ballade folk magnifiée par les chœurs, les arpèges de guitare et la voix de Rusty Day.

En prenant du recul, on se rend compte qu'il n'y a pas une seule faute de goût dans cet album. Huit chansons suffisent à en faire un classique, voire même un mythe tant il est oublié lorsque les rétrospectives du genre sont faites. Cactus avaient décidé de tout raser sur leur passage avec ce monolithe du hard-rock, ce pur moment de bonheur et de débouchage de tympans...Et ce n'est qu'un avant goût du deuxième album ! Enjoy ! :)