hendrixmccartney_4114796

Comment réagiriez-vous si on vous annonçait - avec 44 ans de retard - que Jimi Hendrix vous avait envoyé un télégramme vous demandant d'enregistrer quelques morceaux avec lui ? 
Difficile à imaginer n'est-ce pas ? C'est pourtant ce qui est arrivé à Paul McCartney en 2013 !

C'est dans une émission tv que le 8 octobre 2013 que McCartney évoque avec émotion ce rendez-vous manqué avec Jimi :

 Le 21 octobre 1969, Jimi HendrixMiles Davis et le batteur Tony Williams envoient un télégramme à Paul McCartney, grand fan de Jimi :

"Nous enregistrons ensemble ce week-end à New York - STOP - Que dirais-tu de nous rejoindre à la basse ? - STOP - Peace..."

Le 22 octobre, Peter Brown, un responsable du label des Beatles, répond à la place de Macca :

"Référence câble reçu de Jimi Hendrix, Davies [sic] et Williams. Paul McCartney est absent de Londres pour vacances, son retour n'est pas prévu avant deux semaines."

Cependant, le télégramme ne sera jamais remis à Paul. Celui-ci en a découvert l'existance... qu'en 2013 ! En découvrant ces documents, Paul était sous le choc :

"Je rêve ?! C'est une blague ? Où avez-vous trouvé ça ?! Comment est-ce possible ? Jimi ! Jimi voulait jouer avec moi et je l'apprends là ? Pourquoi ?"

jimi miles paul

En fait, pendant cette année-là, Jimi se retrouve sans groupe, lâché par son bassiste Noel Redding. Hendrix qui ne s'imagine pas suspendre sa carrière alors qu'il est au sommet de son art s'attache les services du producteur Alan Douglas.

Ce dernier tente alors de lier Jimi avec Miles Davis et le batteur de jazz Tony Williams. L'idée commence à germer mais l'absence d'un bassiste dans le groupe se fait sentir. C'est donc Alan Douglas qui a l'idée d'adresser ce télégramme à Paul.

Ces documents viennent de Yazid Manou, un spécialiste français d'Hendrix, qui les a dénichés sur les sites de deux Hard Rock Café, l'un à Key West (Floride), en 2005, l'autre à Prague (République Tchèque), en 2012. 

Lorsqu'il voit le document, McCartney réalise que le 21 octobre 1969 était un jour spécial pour lui :

"Une radio américaine venait d'annoncer que j'étais mort et ça faisait le tour du monde. C'était tendu avec les Beatles, je suis parti me cacher dans ma ferme en Ecosse. J'étais injoignable... Et ce télégramme ne m'est jamais parvenu ! 
Je rêvais d'être sur scène avec Jimi. On se connaissait. Je me souviens d'un concert au Speakeasy, à Londres, en 1966: Jimi était bouleversant, inclassable, je me souviens qu'il avait chanté sa fameuse version de Hey Joe et un morceau de Howlin' Wolf. Je n'ai jamais joué avec lui... Je pensais qu'on avait toute la vie devant nous. Et il est mort un an après, à 27 ans. Quand, en 1967, j'ai été directeur artistique du Festival de Monterey, c'est moi qui l'ai invité."
"Qu'aurait-on fait, JimiMilesTony et moi dans un studio ? J'aurais voulu jouer de la guitare plutôt que de la basse. Avec Jimi, il n'y avait pas de limite : il a réuni le rock psychédélique, le blues électrique, le gospel, et sa technique reste indépassable. Depuis 40 ans, j'évoque son génie dans tous mes concerts."

Enfin, ému, McCartney bafouille :

"C'est à la fois mon plus grand rendez-vous raté et une nouvelle qui m'inspire déjà des chansons !"