green river

Alors que les groupes de San Francisco font la course pour savoir qui sera le plus psychédélique, il en est un qui fait de la résistance, CREEDENCE CLEARWATER REVIVAL.

Son meneur, John Fogerty, ne refuse pas de jouer des de blues de dix minutes, mais ce n'est pas ce qui l'exite. Sa came à lui, c'est Little Richard, les disques Sun, c'est Hank Williams et Stax... Non pas qu'il est l'esprit rétro, ni qu'il soit tombé dans la nostalgie morbide. Ce n'est pas legenre à se lamenter comme quoi c'était mieux avant. Toutefois, il doit bien le reconnaître, c'est quand même moins bien depuis.

Depuis la fin de la décennie bénie, 1954-1964... Pourtant, ô miracle ! lui parvient à prolonger l'âge d'or. Bon chanteur, bon guitariste, auteur compositeur exceptionnel, producteur indiscutable, il est d'une fécondité surprenante.

En 1969, CCR enregistre carrément 3 albums ! En janvier sort "Bayou Country" qui inclut le fameux "Proud Mary" plus tard repris par Elvis, Tina Turner etc... En novembre c'est "Willy & The Poor Boys" porteur des classiques "Down On The Corner" et "Fortunate Son".

Entre les deux parait ce non moins extraordinaire "Green River" enregistré à San Francisco. Entouré de son frère Tom Fogerty (guitare), Stu Cook (basse) et Doug Clifford (batterie). John Fogerty signe le plus bel exemple d'un style qu'on appelle pas encore Americana. Ses riffs, ses mélodie, son approche directe, la raucité de son chant, la pertinence de ses textes, tous les éléments concourent à faire de "Green River" une perfection? On y déguste "Bad Moon Rising" aux paroles apocalyptiques que chanteront Jerry Lee Lewis ou Emmylou Harris; ainsi que le pur et entêtant "Lodi" ensuite adopté par Freddy King, Dan Penn, etc...

John a su d'instinct être classique sans être académique et laisse une oeuvre d'une beauté impressionnante !

Cet album a été classé 95e sur la liste des 500 plus grands albums de tous les temps selon le magazine Rolling Stone.